Un nouveau départ pour le plan algues vertes en Baie de la Forêt

Le 10 juillet 2018 au siège de Concarneau Cornouaille Agglomération, les acteurs locaux et régionaux ont officialisé le lancement du second plan de lutte contre les algues vertes en Baie de la Forêt. Après quelques mois supplémentaires d’échanges et de co-construction, les deux collectivités partenaires (Concarneau Cornouaille Agglomération et la communauté de communes du Pays Fouesnantais) ont obtenu un engagement de l’Etat sur le volet réglementaire.

CONF_ALGUES_VERTES_10072018_v2

Un 1er bilan encourageant

Le 1er Plan contre les algues vertes 2012-2015 est arrivé à échéance.  Même si le phénomène des marées vertes n’est pour l’heure pas éradiqué, le bilan du 1er plan est plutôt encourageant marqué par :

  • Un engagement fort des agriculteurs (96% des exploitations agricoles diagnostiquées et 74% des exploitations engagées dans des améliorations de pratiques)
  • Une diminution des concentrations en nitrates sur l’ensemble des cours d’eau suivis (passant d’une moyenne de 40 à 45 mg/l en 2010 à une moyenne de 30 à 35 mg/l de nitrates).

L’objectif de qualité fixé pour 2015 dans les quatre cours d’eau principaux (Minaouët, Moros, Saint Jean et Saint Laurent) a été atteint et la dynamique de diminution des concentrations en nitrates se confirment en 2016 et 2017. Dans le cadre de ce second plan algues vertes, il s’agira d’atteindre un nouvel objectif pour 2021, entre 20 à 27 mg/l selon les cours d’eau. Les efforts doivent donc être maintenus …

Ce travail a permis d’instaurer un climat de confiance avec les agriculteurs et d’initier une dynamique qui devrait se poursuivre dans la mise en œuvre du second plan de lutte contre les algues vertes 2017-2021.

Des avancées obtenues auprès de l’Etat

Même si ce 1er plan a suscité beaucoup d’espoir et d’investissement, l’absence d’engagement d’une minorité d’agriculteurs a eu tendance à démotiver les autres. Fin 2017, la Communauté de communes du Pays Fouesnantais a finalement décidé de ne pas approuver le second plan d’actions considérant notamment que le levier prioritaire pour améliorer la situation était avant tout règlementaire.

Suite aux rencontres avec le Préfet de département en mars et avril 2018, des avancées ont été obtenues avec notamment un renforcement des contrôles réglementaires. L’Etat s’est engagé sur un plan de contrôle renforcé sur les sous bassins les plus contributeurs, déterminés à partir des teneurs en azote mesurées dans les cours d’eau et du calcul des flux arrivant à la Baie. Ainsi, près de 90 exploitations devraient être contrôlées par les services de l’Etat dans les 2 prochaines années sur les bassins versants de Lesnevard amont et du Moros amont.

Un nouveau plan d’actions avec un pilotage renouvelé

Fort de cet engagement, les collectivités ont travaillé à un nouveau projet de territoire qui s’inscrit dans la continuité des actions du précédent programme. L’objectif est à nouveau d’engager les agriculteurs volontaires dans des améliorations de pratiques dans un objectif commun de réduction des concentrations en nitrates dans les rivières. Des actions individuelles et collectives seront ainsi proposées aux 166 agriculteurs présents sur le périmètre algues vertes. Ce nouveau programme intègre notamment le dispositif de la ‘boucle vertueuse’, en cours d’élaboration qui permettrait aux agriculteurs de faire réaliser des travaux par une entreprise ou une coopérative en contrepartie de l’engagement dans des améliorations de pratiques afin de compenser la surcharge de travail générée par l’atteinte des objectifs environnementaux ou la mise en œuvre de nouvelles pratiques agricoles.

Pour mettre en œuvre ce nouveau plan d’actions, les élus locaux ont souhaité réorganiser le portage technique du second plan de lutte contre les algues vertes et le raccrocher au SAGE Sud Cornouaille pour plus de cohérence entre les deux dispositifs. C’est désormais Concarneau Cornouaille Agglomération qui assurera l’animation et la mise en œuvre du plan de lutte contre les algues vertes sur la Baie de la Forêt. Ce second plan d’actions marque donc une nouvelle étape avec une gouvernance renouvelée.

Un budget de près de 1.5 millions d’euros est alloué à ce second plan d’actions dont près de 880 000 euros d’aides directes aux agriculteurs et près de 92 % de subventions de la part de l’Etat, l’Agence de l’Eau Loire Bretagne, la Région et le Département du Finistère.

Pour plus de détails, téléchargez :

Publié le .