Physico / chimie

Le suivi des paramètres physico chimiques concerne principalement l’azote et le phosphore qui sont des bons indicateurs de pression humaine sur le milieu. Par ailleurs, les nitrates ainsi que le phosphore, sont utilisĂ©s par les algues et le phytoplancton pour leur croissance et peuvent ĂŞtre Ă  l’origine de phĂ©nomènes d’eutrophisation (croissance excessive des algues), enjeux majeur sur le territoire.

L’azote

L’azote mesurĂ© dans les eaux est sous la forme des nitrates (NO3).
Cette forme d’azote provient principalement :

  • des excĂ©dents de fertilisation agricole (engrais minĂ©raux ou organiques) ou de fertilisation de particuliers,
  • de rejets spĂ©cifiques (certaines usines),
  • de la dĂ©gradation par les bactĂ©ries de diverses matières organiques.

Depuis une quinzaine d’annĂ©es, les concentrations en nitrates diminuent sur l’ensemble des cours d’eau suivis – grâce aux actions de lutte contre les algues vertes mises en oeuvre sur la Baie de la ForĂŞt.

Téléchargez le rapport 2018/2019 de la qualité des eaux de la Baie de la Forêt.

Le phosphore

Le phosphore que l’on retrouve dans les eaux est soit sous forme particulaire soit sous forme dissoute (orthophosphates).
Ses origines sont variées et peuvent provenir :

  • de l’Ă©rosion des sols agricoles enrichis en phosphore (P sous forme particulaire)
  • rejets d’assainissement, d’usines, de piscicultures (P dissous ou phosphate)

Les proportions entre phosphore particulaire et phosphore dissous diffèrent selon les conditions : en temps de pluie P particulaire > P dissous alors qu’en dehors des pĂ©riodes de crue P particulaire < P dissous.

Le protocole de suivi est donc ajusté aux conditions pluviométriques, à savoir un suivi régulier sur le paramètre orthophosphates et des prélèvements complémentaires sur le paramètre phosphore total après de forts épisodes pluvieux (10mm).