Les marais de Mousterlin

mousterlinLe site Natura 2000 dépend administrativement principalement de la commune de Fouesnant. Une petite partie se trouve sur la commune de Bénodet. Le site représente une surface totale de 476 ha, dont plus de la moitié est constituée de DPM.

Lors du premier comité de pilotage  qui s’est réuni le 16 juin 2006, la commune de Fouesnant a été désignée comme opérateur local pour l’élaboration du document d’objectifs du site Natura 2000 « Marais de Mousterlin ».

Le site « Marais de Mousterlin » a été proposé comme site d’intérêt communautaire en avril 2002, après consultation préalable, par les services de l’Etat, des communes, collectivités, chambres consulaires, organismes socioprofessionnels, associations et acteurs locaux concernés.

Par arrêté de la commission européenne en date du 7 décembre 2004, le site « Marais de Mousterlin» a été retenu site d’importance communautaire pour la région biogéographique atlantique.

La qualité du site réside dans la diversité des contacts entre zones humides, dunes et boisements, induisant des zones de transition où s’expriment des gradients minéralogiques (gradients de salinité) et sédimentaires.

Les habitats d’intérêt communautaire déterminants pour la zone sont les prés-salés atlantiques, accompagnés de végétations annuelles à salicornes et de prairies pionnières à spartines, et les dunes. Parmi ces dernières, on note en particulier des dunes fixées (habitats prioritaires). On y rencontre également des étangs et bas-marais alcalin à l’est ou des marais salés à l’ouest, développés en arrière de minces cordons dunaires reliés à la pointe rocheuse de Mousterlin. L’inventaire ZNIEFF distingue 3 principales entités :

  • Le marais de Mousterlin (marais littoral et cordon dunaire) :

Le marais, autrefois relié à la mer par des ouvertures à travers le cordon dunaire, a été gagné sur le domaine maritime par des travaux de poldérisation réalisés à partir de 1927.

Principaux milieux : dune mobile et fixée, marais à choin, dépressions dunaires.

Flore : intérêt botanique lié à la persistance de formations subhalophiles et saumâtres, présence de 7 espèces de la liste rouge armoricaine, dont 3 taxons protégés au plan régional et 1 au plan national, le Chou marin, Crambe maritima.

Faune : avifaune caractéristique mais sans espèces remarquables, intérêt entomologique localisé (contact dune / marais à l’ouest du site en particulier). A Pen Falud, étang de lagunage de la station d’épuration, suivi d’un petit ruisseau dans des prairies et des friches. 9 espèces d’odonates dont Coenagrion mercuriale (annexe II Directive « Habitats »), rare et très localisée.

  • La Mer Blanche

Flèche de sable ancrée à la pointe de Mousterlin et séparée de la pointe de Bénodet par un étroit goulet, par où la mer pénètre dans une langue qui reçoit les eaux de quelques petits ruisseaux.

Principaux milieux : dune mobile en partie enrésinée et dégradée par la fréquentation touristique, slikke bien représenté dans l’anse de Groaz-Guen, schorre s’étendant en arrière du trait de côte et où serpentent de petits canaux.

Flore : associations caractéristiques des prés salés atlantiques. Sur la dune, une espèce protégée au niveau régional, le panicaut des dunes, Eryngium maritimum.

Faune : Zone d’hivernage de plusieurs espèces de limicoles dont les effectifs atteignent un niveau d’importance régionale, zone de nurserie pour différentes espèces de poissons.

  • La pointe de Mousterlin

Cette pointe est le sommet d’un vaste accent circonflexe renversé, dont les 2 ailes sont constituées par les cordons sableux. Les conditions de courant qui règnent le long des cordons donnent un substrat très pauvre en faune, par contre la pointe de Mousterlin constitue un îlot de substrat dur en mode battu où l’on peut observer des peuplements typiques de ce type de milieu (moulières très développées). On y trouve également des effectifs importants de limicoles en période d’hivernage.

Pour en savoir plus sur les caractĂ©ristiques du site …

mousterlin2