Zones humides

Zone humideSelon la loi sur l’eau et les milieux aquatiques (LEMA) du 30 dĂ©cembre 2006 (Article L 211-1), les zones humides sont dĂ©finies comme « des terrains exploitĂ©s ou non, habituellement inondĂ©s ou gorgĂ©s d’eau douce, salĂ©e ou saumâtre, de façon permanente ou temporaire ; la vĂ©gĂ©tation, quand elle existe, y est dominĂ©e par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’annĂ©e ».

Ces milieux peuvent être multiples et variées :

  • Des zones humides littorales caractĂ©risĂ©es par des eaux salĂ©es ou saumâtres (ex : vasières, prĂ© salĂ©s, Ă©tangs littoraux…)
  • Les zones humides de pente et de plateaux : la prĂ©sence de dĂ©pression, de substrat impermĂ©able… permet le dĂ©veloppement de milieux humides dĂ©connectĂ©s du rĂ©seau hydrographique.
  • Les zones humides de fond de vallĂ©e qui bordent les cours d’eau.

Les zones humides ont longtemps été considérées comme des terres malsaines voir maléfiques à assainir. On estime à 75% la superficie de zones humides disparues sur le territoire français. Cependant, il est maintenant reconnu que les zones humides jouent un rôle primordial :

  • AmĂ©lioration de la qualitĂ© de l’eau (rĂ©duction des flux d’azote (nitrate), piĂ©geage des particules de phosphore et des produits phytosanitaires ou encore des mĂ©taux lourds),
  • RĂ©gulation des dĂ©bits de crue et d’Ă©tiage ; rĂ´le « Ă©ponge »,
  • BiodiversitĂ©, carrefour entre le milieu aquatique et le milieu terrestre, les zones humides constituent une vĂ©ritable richesse patrimoniale.

Cliquez ici pour en savoir plus

De part l’importance de sa façade littorale, le territoire du SAGE « Sud Cornouaille » prĂ©sente de nombreux Ă©cosystèmes littoraux Ă  prĂ©server et en particulier les milieux humides. D’après une Ă©tude faite par photo-interprĂ©tation par le Conseil GĂ©nĂ©ral du Finistère en 2005, le potentiel de zones humides sur le territoire serait estimĂ© Ă  5304ha.
Les zones humides se caractĂ©risent par la prĂ©sence, permanente ou temporaire, en surface ou Ă  faible profondeur dans le sol, d’eau disponible douce, saumâtre ou salĂ©e. Souvent en position d’interface, de transition entre milieux terrestres et aquatiques, elles se distinguent par une faible profondeur d’eau, des sols hydromorphes ou non Ă©voluĂ©s, et/ou une vĂ©gĂ©tation dominante composĂ©e de plantes hygrophiles au moins pendant une partie de l’annĂ©e.

Sur le territoire, il s’agit principalement de zones de source et de fonds de vallon prĂ©sentant ainsi un intĂ©rĂŞt particulier sur le plan hydrologique et Ă©purateur. Leur restauration est un enjeu fort par rapport aux problĂ©matiques « algues vertes » et conchylicoles.
Deux secteurs prĂ©sentent de nombreuses espèces remarquables et donc un intĂ©rĂŞt fort pour la biodiversitĂ© : les Marais de Mousterlin et les Etangs de TrĂ©vignon. Ces secteurs sont d’ailleurs identifiĂ©s par la Directive Habitats (1992) et sont dotĂ©s de documents d’objectifs. Parallèlement, une extension en mer du pĂ©rimètre Natura 2000 des GlĂ©nan Ă  l’ensemble de la masse d’eau littorale tĂ©moigne de la richesse de ce secteur.

Zone humide

Critère pédologique de désignation des zones humides

Comment préserver les zones humides ?

En les protégeant
Au-delĂ  des textes qui rĂ©glementent les pratiques en zone humide, la meilleure protection actuelle consiste Ă  classer les zones humides en espaces naturels dans les documents d’urbanisme en prĂ©voyant dans le règlement d’interdire tout remblaiement ou tout affouillement de ces zones.

TĂ©lĂ©charger le guide pour l’intĂ©gration des zones humides dans les documents d’urbanisme

L’Ă©tape prĂ©alable Ă  l’intĂ©gration des zones humides dans les documents d’urbanisme est leur identification sur le terrain. C’est pourquoi, les collectivitĂ©s ont engagĂ© Ă  partir de 2007 une dĂ©marche d’inventaire suivant le protocole dĂ©partemental proposĂ© par le Conseil GĂ©nĂ©ral du Finistère.
L’inventaire suit une dĂ©marche participative avec constitution d’un comitĂ© de suivi comprenant Ă©lus, techniciens, agriculteurs, reprĂ©sentants d’usagers (pĂŞcheurs, chasseurs, randonneurs…), associations de protection de l’environnement, administration (Service de l’Ă©tat chargĂ© de la Police de l’Eau)…

A ce jour, toutes les communes du territoire ont engagé la démarche.

AVANCEMENT_IZH_SUDCO_032016

Les zones humides remarquables par les espèces et habitats qu’elles abritent peuvent ĂŞtre dĂ©signĂ©es sites Natura 2000 au titre des Directives Oiseaux et Habitats. Sur le territoire, il en existe trois : les marais de Mousterlin, l’Archipel de GlĂ©nan, les Ă©tangs de Trevignon.

En développant des modes de gestion adaptés

Pour des raisons Ă©cologiques, il est important de maintenir Ă  l’Ă©chelle d’un bassin versant un Ă©quilibre entre zones fermĂ©es (bois, fourrĂ©s) et zones ouvertes (prairies).
Par ailleurs, compte tenu du coĂ»t d’entretien d’une zone humide, il est nĂ©cessaire de cibler celles ayant un intĂ©rĂŞt stratĂ©gique vis de vis de la qualitĂ© de l’eau, la biodiversité…
Enfin, sur les bassins versants s’Ă©tendant de l’Odet Ă  l’Aven, plus de la moitiĂ© des zones humides appartient Ă  des particuliers « non agricoles » or les agriculteurs sont les garants de la gestion de ces espaces.

Ces prérogatives ont incité les collectivités à proposer les actions suivantes :

  • mise en place de sites « pilotes » afin d’expĂ©rimenter des itinĂ©raires techniques, du matĂ©riel … et d’en Ă©valuer l’impact environnemental sur le milieu et l’impact Ă©conomique sur l’exploitation.
  • promotion de modes de gestion adaptĂ©s sur l’ensemble des zones humides (en accompagnant techniquement et financièrement les agriculteurs s’engageant sur les modes de gestion prĂ©conisĂ©s, en incitant au conventionnement entre propriĂ©taires et agriculteurs pour entretenir les parcelles concernĂ©es…)
  • acquisition des zones humides les plus stratĂ©giques appartenant aux particuliers afin de les rĂ©habiliter.

Télécharger le guide de gestion des zones humides

Cliquez ici pour en savoir plus

Contacts :

Territoire Odet / Aven :
CĂ©dric SERRES : cedric.serres@cc-paysfouesnantais.fr

Territoire Aven / Belon / Merrien :
Pascal NICOL : pascal.NICOL@quimperle-co.bzh

Zone humide