Nos actions

Les actions menées dans le cadre des précédents programmes (contrat eau potable et Bretagne Eau Pure) sur les bassins versants du Moros et de l’Aven Ster Goz ont porté leurs fruits puisque les masses d’eau superficielles sont désormais en bon état vis-à-vis des pesticides. Les collectivités poursuivent leurs actions de conseil auprès des particuliers et des communes du territoire. Des animations sur le jardinage au naturel et les techniques alternatives au désherbage chimique sont régulièrement proposées sur le territoire.

Le jardinage au Naturel

Un jardin au naturel, par définition, est un jardin sans pesticides. Mais attention, pas question de remplacer un produit « chimique » par un produit « bio » ! L’idée du jardinage au naturel, c’est de repenser le jardin en couvrant systématiquement le sol pour limiter l’apparition de plantes sauvages, en utilisant des engrais organiques pour stimuler le sol, en favorisant la biodiversité pour bénéficier de l’aide de la coccinelle pour lutter contre les ravageurs.

Ne pas jeter !

Communément appelés déchets verts, les produits de tonte, de taille, les feuilles mortes, etc.  devraient être considérés comme de l’or vert. Préférez le mulching, la réutilisation en paillage, le compostage plutôt qu’un allez/retour à la déchetterie.

Minéral ou organique ?

L’engrais minéral (issu d’une production chimique) est directement assimilable par la plante. C’est l’assurance d’une pousse rapide et d’une récolte abondante. A l’inverse les engrais organiques (issus d’une production animale ou végétale) nécessitent d’être transformés pour être utiles à la plante : c’est le rôle des organismes du sol. Un engrais organique stimulera donc « les défenses immunitaires » de votre sol, à l’inverse d’un engrais minéral.

Se faire aider gratuitement

Au jardin, un certain nombre d’insectes sont très utiles. Dans la majeure partie des cas, ce sont les larves qui sont efficaces, et pas les adultes. C’est le cas, par exemple de l’emblématique coccinelle, qui malgré sa réputation, se nourrit principalement de nectar. En revanche la larve de coccinelle peut dévorer une centaine de pucerons par jour, qui dit mieux ! Pour avoir des larves au jardin, il faut attirer les adultes en offrant le gite et le couvert, c’est à dire en laissant s’installer un peu de biodiversité et de fleurs sauvages.

Rapportez vos pesticides !

Bidons, bouteilles, flacons, sprays, et autres contenants, qu’ils soient vides, souillés ou avec un reste de pesticides, ils doivent être rapportés en déchetterie ou en un point de collecte temporaire, si possible dans leur emballage d’origine. Il ne faut en aucun cas les jeter à la poubelle, ni les déverser dans les canalisations. Renseignez-vous auprès de votre commune pour trouver la déchetterie la plus proche ou un point de collecte temporaire.

Retrouver l’ensemble des conseils et solutions pour jardiner sans pesticides sur :

Collectivités : des exemples à suivre

Plus de 4 610 communes en France sont engagées dans des chartes locales à objectif « zéro phyto ». Pour accompagner les collectivités dans leur démarche, le ministère de l’Environnement publie Ma commune sans pesticide : le guide des solutions

DĂ©couvrez Ă©galement les actions innovantes mises en Ĺ“uvre sur le territoire Sud Cornouaille : en cliquant ici