Alternatives au désherbage chimique

Rappel de la réglementation

L’utilisation des produits phytosanitaires est encadrée par la réglementation et notamment par l’arrêté interministériel du 12 septembre 2006 relatif à la mise sur le marché et l’utilisation de ces produits. Depuis le 1er février 2008, des arrêtés préfectoraux spécifiques à la Bretagne ont été pris afin de renforcer les exigences en matière d’utilisation des produits phytosanitaires à proximité des cours d’eau. Ces exigences concernent l’ensemble des utilisateurs (les agriculteurs, les collectivités et/ou leurs prestataires, les gestionnaires d’infrastructures et les particuliers). D’autres textes règlementaires encadrent également le stockage des produits, le contrôle du matériel de pulvérisation, etc.

Arrêté du 1er février 2008, dit « arrêté fossé »

Par arrêté préfectoral du 1er février 2008, il est interdit de traiter à proximité de l’eau :

  • Ă  moins de 5 mètres d’un cours d’eau ou plan d’eau,
  • Ă  moins de 1 mètre de la berge d’un fossĂ©,
  • sur les caniveaux, regards d’eau pluviale, bouches d’égout,…

png - 833.9 ko

Loi Labbé : vers le « zéro pesticides »

La règlementation relative à l’utilisation des produits phytosanitaires évolue. L’objectif est double : préserver l’environnement ET la santé publique.

2 cibles et 3 échéances

La loi du 06 février 2014 (dite loi Labbé) vise à mieux encadrer l’utilisation des produits phytosanitaires. Elle définit des échéances précises sur l’utilisation et la vente de ces produits.

Pour les services publics :

→ A partir du 1er janvier 2017, l’Etat, les collectivités territoriales et leurs groupements, ainsi que les établissements publics ne peuvent utiliser ou faire utiliser des produits phytopharmaceutiques pour l’entretien des espaces verts, des forêts, des voiries ou des promenades accessibles ou ouverts au public, en dehors des exceptions prévues par la loi.

Resteront autorisés, les produits de biocontrôle (c’est-à-dire ceux qui utilisent les mécanismes naturels), les produits qualifiés à faibles risques et ceux utilisables en agriculture biologique.

Pour les particuliers :

→ A partir du 1er janvier2017, les pesticides chimiques ne sont plus en vente libre. Le jardinier désireux d’obtenir ces produits devra soit demander un conseil auprès d’un vendeur, comme derrière un comptoir de pharmacie, soit adapter ses pratiques sans avoir recours à la chimie en appliquant des techniques de jardinage au naturel.

→ A partir du 1er janvier 2019, la vente, l’utilisation et la détention de pesticides seront interdites aux particuliers.

Pour plus d’infos, téléchargez la Plaquette Loi LABBE élaborée par les partenaires bretons.

Actions menées sur le territoire

Les actions menées dans le cadre des précédents programmes (contrat eau potable et Bretagne Eau Pure) sur les bassins versants du Moros et de l’Aven Ster Goz ont porté leurs fruits puisque les masses d’eau superficielles sont désormais en bon état.

En effet, depuis une dizaine d’années, les pratiques de désherbage des espaces communaux sont en constante évolution : les communes sont passées du « tout désherbant » à des techniques alternatives de désherbage (mécaniques, manuelles ou thermiques) qui leur permettent de réduire l’utilisation des désherbants et, ainsi, les risques de pollution de l’eau par les pesticides.

Les plans de désherbage communaux

De nombreuses communes du territoire se sont engagées à réduire l’utilisation des désherbants :

  • Par la rĂ©alisation d’un plan de dĂ©sherbage communal (document qui identifie les zones Ă  risque et qui propose des solutions de gestion alternatives),
  • Par la signature d’une charte de dĂ©sherbage (document qui formalise l’engagement de la commune Ă  diminuer voir stopper l’utilisation de dĂ©sherbant).

La charte jardiner au naturel, ça coule de source

Les collectivités ont décidé de mettre en place un partenariat avec les jardineries locales en signant la charte « Jardiner au naturel, ça coule de source » afin d’informer et de sensibiliser le grand public aux dangers des produits phytosanitaires, tout en promouvant les techniques de jardinage au naturel. L’objectif est de diminuer durablement la vente de pesticides.

Le principe de la charte « jardiner au naturel, ça coule de source ! » consiste à coordonner une action de promotion des techniques alternatives par les surfaces de ventes (agir sur l’offre) et une action d’information et de communication des jardiniers amateurs (agir sur la demande) par la collectivité en collaboration avec les associations locales et les professionnels (jardineries et magasins de bricolage).

Pour y arriver il était nécessaire d’aboutir à un accord « gagnant – gagnant » :

  • Gagnant pour les partenaires publics et associatifs en matière de santĂ© publique et de qualitĂ© de l’eau ;
  • Gagnant pour les enseignes en matière d’image et de chiffre d’affaire, en compensant la diminution des ventes de pesticides par l’augmentation des ventes de solutions sans pesticides.

Sur le territoire de l’Odet à l’Aven, 10 enseignes de jardinage et de bricolage se sont engagées dans une démarche de lutte contre les pollutions dues aux pesticides.